Rapport Annuel 2015-2016

Depuis notre dernier rapport annuel, grâce au généreux soutien de Shirley Greenberg, le Fonds de l’ANFD pour la recherche et l’éducation a terminé le travail de développement d’un cours sur la réforme féministe du droit, un cours en ligne, bilingue et en libre accès. Après une décennie de désintérêt du gouvernement fédéral, pour ne pas dire de franche hostilité, pour les valeurs démocratiques sur l’égalité et l’inclusion, le cours en ligne de l’ANFD a été conçu pour reconstruire les compétences essentielles pour faire avancer les droits à l’égalité et encourager la population à s’engager de nouveau dans le processus législatif canadien.

En 2015-2016, l’ANFD a continué à recevoir et à répondre à de nombres demandes pour signer des lettres, rédiger des mémoires collectifs, se joindre à diverses coalitions et à faire des soumissions à des comités parlementaires. Au cours de la dernière année, l’ANFD a également joué un rôle de leadership actif pour que soit rétabli le financement du gouvernement fédéral pour la défense des droits. Voici un aperçu de certaines de ces activités :

  • Dans les derniers jours de la campagne électorale d’octobre 2015, l’ANFD s’est jointe à d’autres leaders féministes pour signer la lettre « Respectez les femmes » demandant à tous les leaders et personnalités du pays de ne pas permettre que la question du niqab ne crée, d’une manière ou d’une autre, une atmosphère d’intolérance et de xénophobie dans le pays. »
  • L’ANFD a transmis de l’information sur son histoire organisationnelle à Rise Up, le site Web d’archives numériques sur le militantisme féminisme au Canada de 1970 à 1990.
  • Peu après l’élection de l’automne dernier, l’ANFD a fait parvenir des lettres à la ministre de la Justice et à la ministre de la Condition féminine pour leur expliquer l’importance du financement de l’État pour la défense des droits et la recherche en matière de réforme féministe du droit. L’ANFD a également cosigné une lettre avec l’AFAI, l’ICREF, l’AFAC, le FAEJ et DAWN demandant au gouvernement fédéral de restaurer le financement pour la défense des droits des femmes à l’égalité et pour la recherche.
  • En collaboration avec l’AFAI, l’ANFD a rencontré la secrétaire parlementaire de la ministre de la Condition féminine et la sous-ministre, pour discuter de l’importance de remettre en place le financement de l’expertise féministe en matière de réforme du droit au Canada. L’ANFD a également fait parvenir ses propres lettres à la ministre de la Justice et à la ministre de la Condition féminine à ce sujet.
  • L’ANFD a joué un rôle actif lors de l’AGA du Programme de contestation judiciaire du Canada.
  • L’ANFD a répondu à l’invitation du directeur du Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne de l’Université d’Ottawa de participer à l’élaboration d’une stratégie pour promouvoir et atteindre l’adhésion tant attendue du Canada à la Convention américaine relative aux droits de l’homme.
  • Finalement, au printemps 2016, des représentantes de l’ANFD ont fait des présentations à deux comités parlementaires, au Comité spécial sur l’équité salariale (sur une loi fédérale proactive sur l’équité salariale) et au Comité permanent sur la condition féminine (sur les conséquences de la cyber-intimidation sur les femmes et les filles). Vous pouvez consulter ces documents sur le site Web de l’ANFD. 

À la suite de l’annonce faite en juillet 2016 par la ministre de la Condition féminine Patty Hadju, que le financement de la défense des droits serait rétabli dans le cadre du Programme de la promotion de la femme , l’ANFD voit l’avenir avec un optimisme prudent. 

 

Le rapport intégral est disponible ici.